Profession Banlieue

Centre de ressources de la politique de la ville en Seine-Saint-Denis

Bouton menu

Quelques enseignements des opérations de rénovation urbaine pour la nouvelle programmation


Présentation de deux études du Comité d’évaluation et de suivi (CES) de l’Anru par Michel Bonetti, directeur de recherches au Centre scientifique et technique du bâtiment et Fabrice Peigney, secrétaire général du CES de l’Anru, lors d’un "Après-midi" de Profession Banlieue en avril 2014.


Auteur(s) de cette publication : Téléchargeable.

Urbanisme – habitat/logement – renouvellement urbain – environnement

gratuit
en téléchagement


Sommaire

Michel Bonetti a exposé les résultats de la recherche menée par le CSTB (conjointement avec Barbara Allen), qui consiste en une évaluation des travaux sur plusieurs sites en rénovation urbaine, à partir de leur adaptation aux contextes locaux ainsi qu’aux besoins et usages des habitants. Il en ressort que la requalification des immeubles, des logements et des espaces extérieurs est appréciée par la population, qui y voit le moyen d’ôter le stigmate dont sont victimes le quartier et ses habitants. Cependant, certaines limites de ces opérations ont été soulignées, comme la faiblesse des dispositifs de participation ou l’absence de débats sur les différents projets. Pour lui, il faut encourager l’évaluation de la conception urbaine des projets et anticiper davantage leurs incidences sur le fonctionnement social urbain Il constate en ce sens un réel déficit en matière de programmation urbaine, notamment en ce qui concerne les équipements publics.

L’étude présentée par Fabrice Peigney s’est quant à elle concentrée sur le ressenti des habitants à propos de la réalisation et du résultat des opérations de rénovation urbaine. Menée sur huit sites différents et ayant permis la collecte de près de huit cents entretiens, cette étude a permis de montrer que les habitants étaient globalement satisfaits par ces opérations. Ainsi, 62% d’entre eux estiment que leur quartier s’est amélioré. Si ces changements sont plébiscités assez largement (en dehors des opérations de résidentialisation, où les avis sont très partagés d’un site à l’autre), une majorité d’habitants (60%) s’inquiète de la faible qualité des réalisations et doute de leur pérennité. Dès lors, il apparaît nécessaire de renforcer la gestion urbaine et sociale des quartiers, mais aussi des maitrises d’ouvrage garantes de la qualité des projets, en associant davantage la population aux changements entrepris dans les différents quartiers.

Téléchargez ci-dessous les présentations des deux intervenants de l’"Après-midi" de Profession Banlieue du 1er avril 2014.


Recherche une publication



Dans la même collection

Les discriminations en France et en Seine-Saint-Denis. Éclairages à partir de l’enquête Trajectoires et origines

Gratuit

Les finances locales des collectivités dans la métropole du Grand Paris

Gratuit

Les clauses sociales d’insertion, une marche vers l’emploi

Gratuit

La politique de la ville dans la métropole du Grand Paris Gouvernance et solidarité territoriale en questions(s)

Gratuit

Vers un parcours maîtrisé de formation linguistique

Gratuit